"Faire une demande d'acompte" : Quillot revient sur le fiasco Mediapro

Il y a 6 jours 27
Guillaume Maillard Pacini

Didier Quillot avait beau ne plus être en poste, son nom est rapidement revenu sur le devant de la scène lors du fiasco Mediapro. En effet, c'était lui qui était à l'époque au poste de Directeur général exécutif de la LFP. Ce jeudi matin, il a ainsi été entendu par l'Assemblée nationale dans le cadre de la mission d'informations sur les droits de diffusion audiovisuelle des manifestations sportives. Et forcément, la question de cette faillite est rapidement venue sur la table.

Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité en vous abonnant à Eurosport

"Aurait-il fallu demander plus de garanties ? Certainement et ma recommandation serait de faire une demande d'acompte. Il y a très peu de Ligues qui demandent des acomptes. Mais à l'évidence il faudrait le faire (...) Depuis 25 ans, cela n'a jamais été demandé, y compris à Vivendi ou Orange", a-t-il reconnu concernant l'arrivée du groupe sino-espagnol dans le panorama du football français. Alors, l'obsession d'atteindre le milliard d'euros a-t-elle été trop grande ? "Nous ne partons pas dans un délire du milliard, nous voulons atteindre ce prix de réserve, 965 millions d'euros. Nous n'avons jamais fixé le 1,2 milliard comme objectif prioritaire", a répondu l'ancien dirigeant de la LFP.

Ligue 1

Kita a bien été sollicité pour le rachat du FC Nantes

IL Y A 3 HEURES

Le problème de l'échec n'est pas le produit

Cet échec, Quillot assure ne pas l'avoir vu venir. "Concernant la solvabilité, je le répète, à cette époque Mediapro c'est deux milliards de chiffre d'affaires et 220 millions de résultats. C'est très comparable à TF1 ou Canal +. Il y a deux actionnaires dont la capitalisation boursière est de dix milliards d'euros, a-t-il rappelé. Le problème de l'échec n'est pas le produit, mais les accords de distribution avec les opérateurs. Dès l'instant où vous n'avez pas ces accords, en particulier avec Canal, c'est très difficile d'atteindre trois millions d'abonnés dès la première année", a-t-il expliqué, accusant même Canal + d'avoir voulu faire "échouer l'appel d'offres" de 2018.

Il n'y a pas que Mediapro : 2020, l'année pourrie du foot français

"Sur le lot 1 (match du dimanche soir et les dix meilleures affiches), Canal+ propose 262 millions d'euros et Mediapro 330 millions d'euros, révèle Quillot. On propose à Canal de surenchérir et ils refusent. Sur le lot 2 (vendredi 21h, samedi 17h), Mediapro propose 250 millions d'euros et Canal+ 10 millions d'euros (...) A chaque fois, sur tous les lots suivants, Canal n'a pas surenchéri et a laissé faire, dans le but précis de faire échouer l'appel d'offres et la procédure. Même pour les droits digitaux, Canal s'est positionné, à 41 millions d'euros, et a laissé Free l'emporter. Avec cette stratégie de Canal+, nous en venons à être obligé d'attribuer les lots à Mediapro, puisqu'ils remportent les enchères et nous devons respecter le règlement."

Ligue 1

Wijnaldum : "Pochettino m'avait déjà approché à l'époque, pour me faire signer à Tottenham"

IL Y A 3 HEURES

Ligue 1

Juve, Roma... et puis c'est tout : Icardi a-t-il encore un marché en Italie ?

IL Y A 17 HEURES

Lire la Suite de l'Article